L’équipe permanente

BARREAU Jean-Baptiste est Ingénieur d’études au CNRS depuis 2008. Il est arrivé au sein de l’Unité Mixte de Recherche 6566 – CReAAH (Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire) en 2011 où il est responsable du développement d’applications informatiques et en charge des modélisations et numérisations 3D de sites archéologiques. En 2017 il a notamment soutenu une thèse en informatique intitulée « Techniques de production, d’exploration et d’analyse d’environnements archéologiques virtuels » à l’Institut de Recherche en Informatique et Systèmes Aléatoires (UMR 6074 – IRISA).

BONNISSENT Dominique est conservatrice régionale de l’archéologie de Guadeloupe, Saint-Barthélemy et Saint-Martin. Elle est également membre de l’Unité Mixte de Recherche 8096 du CNRS ArchAm (Archéologie des Amériques). Spécialiste de l’archéologie amérindienne de la Caraïbe, elle s’occupe notamment de la gestion des sites en cours d’érosion dans le contexte insulaire des Petites Antilles où l’occupation humaine s’est principalement développée sur les côtes durant les périodes amérindienne et coloniale. Elle a participé à la mise en place du dispositif post-Irma en 2017 visant à l’étude des occupations découvertes en contexte postcyclonique. Elle participera au projet ALOA Fondation de France en tant qu’administratrice de la recherche de terrain dans l’archipel guadeloupéen  ainsi qu’en apportant son expertise à l’étude scientifique des sites amérindiens de Guadeloupe et de Saint Martin.

COURTAUD Patrice est ingénieur de recherche au CNRS. Il est membre de l’Unité Mixte de Recherche 5199 – Pacea (Préhistoire à l’Actuel – Culture, environnement, Anthropologie),  Université de Bordeaux, Ministère de la Culture. Il est spécialiste de l’étude des pratiques funéraires des populations anciennes et de leur conditions de vie. Il a notamment dirigé plusieurs opérations de fouilles de sites funéraires sur des chronologies et des contextes variés,  notamment en milieu insulaire comme en Guadeloupe sur le cimetière d’esclaves d’Anse Sainte-Marguerite (Le Moule) et de la cavité sépulcrale de la grotte cadet (Marie-Galante).  Dans le cadre du projet Fondation de France, il participera à l’étude des conséquences de l’érosion marine sur les sites funéraires installés en contexte côtier, tout particulièrement à l’époque coloniale où ils sont particulièrement nombreux.

DAIRE Marie-Yvane est archéologue, directrice de recherche au CNRS et actuellement directrice de l’Unité Mixte de Recherche 6566 – CReAAH (Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire) où elle codirige l’équipe interne « Archéologie maritime et côtière ». Elle est présidente de l’association AMARAI (Association Manche Atlantique pour la Recherche Archéologique dans les îles) depuis 1988. Ses recherches portent sur l’archéologie côtière et insulaire et les interactions homme / environnement côtier au cours du 1er millénaire avant J.-C, dans l’Ouest de la France (co dir. du projet ALeRT et nombreuses fouilles) et depuis 2017, aux Antilles françaises dans les Caraïbes (projet ALOA); elle est co-auteur de l’ouvreage « Pubilc Archeology and climate Change » (Oxbow, 2017). Marie-Yvane Daire assure la coordination française du projet ALOA.

GUIBERT Jean-Sébastien est maître de conférence en archéologie maritime, littorale et subaquatique à l’Université Antilles Martinique. Il participera au projet ALOA Fondation de France en coordonnant les actions relatives au patrimoine subaquatique et établira le lien avec l’Association Archéologique des Petites Antilles.

HENOCQ Christophe est chargé de mission à la communauté de Saint-Martin. Il participera à l’inventaire archéologique et au suivi des sites sur Saint-Martin.

LEMOINE-SCHONNE Marion est chargée de recherche au CNRS. Elle est membre de l’Unité Mixte de Recherche 6262 – IODE (Institut de l’Ouest : Droit et Europe). Dans le cadre du projet ALOA Fondation de France, elle participera, en tant que spécialiste en droit de l’environnement, à l’élaboration du cadre conceptuel juridique relatif à l’adaptation au changement climatique.

LOPEZ-ROMERO Elías est Maître de Conférences à l’Unité de Préhistoire, Histoire Ancienne et Archéologie de l’Université Complutense de Madrid (Espagne) et chercheur associé à l’Unité Mixte de Recherche 6566 – CReAAH (Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire). Précédemment il a été titulaire d’une Chaire Junior Internationale au LabEx LaScArBx (Bordeaux, 2017-2019) et d’un contrat Marie Curie à l’Université de Durham (Royaume Uni, 2013-2015 en tant que responsable du projet eSCOPES). Sa recherche concerne le Néolithique, l’archéologie du paysage et l’archéologie et le patrimoine du littoral. Il a mené ses recherches en Europe Atlantique et, depuis 2017, dans les Antilles françaises (projet ALOA-MSHB, responsable MY Daire, CNRS). Au sein du projet ALOA-Fondation de France il contribuera aux opération de terrain, à la modélisation des données (traitement, analyse de la vulnérabilité, etc.) et à l’adaptation des outils du programme ALeRT (dont il est co-porteur avec MY Daire) au contexte antillais.

MOTTE Edwige est géographe, post doctorante rattachée à l’Unité Mixte de Recherche 6566 – CReAAH (Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire). Elle est spécialisée en géomorphologie littorale et s’intéresse à l’évolution envrionnemtale des rivages d’un point de vue naturaliste, paysager  et patrimoniale. Au sein du projet ALOA Fondation de France, elle contribuera aux opérations de terrain, au traitement à l’analyse et la diffusion des données (en adaptant les outils du programme ALeRT au contexte antillais) ainsi qu’au suivi et à la communication des actions du projet.

QUESNEL Laurent est technicien au CNRS. Il est membre de l’Unité Mixte de Recherche 6566 – CReAAH (Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire) où il développe les méthodes d’enregistrement sur le terrain et exerce également la fonction de spécialiste en dessin assisté par ordinateur (DAO). Il a participé à de nombreux projets nationaux et européens en relation avec l’archéologie du littoral (e.g. Arch-Manche, Art and Coastal Heritage). Dans le cadre du projet ALOA Fondation de France, il participera aux interprétations et reconstitutions des sites en concertation avec les chercheurs. 

STOUVENOT Christian est ingénieur au Service régional de l’archéologie, direction des affaires culturelles de Guadeloupe.  Spécialiste de l’archéologie précolombienne des Antilles, il s’intéresse particulièrement à la question de l’érosion littorale. Il participera au projet ALOA Fondation de France au travers d’opérations de gestion archéologique guadeloupéenne et participant à la collecte de données préliminaires.

YVON Tristan est ingénieur d’étude au Service régional de l’archéologie, direction des affaires culturelles de Guadeloupe. Spécialiste de l’archéologie moderne et contemporaine des Antilles il a notamment réalisé un travail de recherche sur les traces d’occupation révolue des îlets aujourd’hui inhabités de Guadeloupe. A travers l’étude de cartes anciennes, il a également démontré la disparition de certains de ces îlets, mettant ainsi en avant leur extrême sensibilité  aux phénomènes d’érosion. Il participera au projet ALOA fondation de France à travers la collecte de données préliminaire et la participation à l’élaboration d’une carte archéologique guadeloupéenne